TRNOVSKA VAS

Le long de la route Ptuj-Lenart, à l’endroit où la route bifurque à Drbetinci, s’est développé un hameau d’apparence urbaine autour d’une église paroissiale. C’est l’ancien Sveti Bolfenk de Slovenske Gorice, comme s’appelle toujours la paroisse actuelle. La commune de Trnovska Vas a été créée en 1999 et comprend sept villages: Biš, Bišečki Vrh, Črmlja, Ločič, Sovjak, Trnovska vas et Trnovski Vrh. La surface de la commune est de 22,4 km2 où vivent 1322 habitants. Chaque hameau représente un quartier de village avec des comités villageois. L’activité économique principale est l’agriculture.

Le territoire de la commune était peuplé avant les Romains. La région est connue pour ses tumuli de l’Antiquité tardive, qui se trouvent dans une forêt au milieu de la vallée de la Pesnica. Les fouilles ont commencé au XXe siècle et c’est ainsi qu’en 1962, dans un tumulus a été trouvée une tombe à incinération avec des fragments de poteries.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ont été créées une association de pompiers, une association culturelle et une association éducative ainsi qu’une bibliothèque et une caisse d’épargne sur le territoire de Trnovska Vas. Toutes ces institutions ont aidé à créer une unité sociale complète qui devint dans les années 1930 la commune de Sveti Bolfenk à Slovenske Gorice. A cette époque, la commune comptait 1375 habitants et 324 maisons. Elle comprenait les villages: Biš, Bišečki Vrh, Ločič, Trnovska Vas et Trnovski Vrh. Elle s’étendait sur 2 374 ha répartis sur les collines et dans la plaine de la vallée inférieure de la Pesnica. Cette plaine était propice à l’agriculture et à l’élevage, et les collines à la viticulture. La commune avait une église, une école primaire, une poste, un téléphone, un télégraphe, trois magasins, un dispensaire à Sveta Trojica, un poste de gendarmerie et un moulin. Pendant la 2e guerre mondiale, les autorités d’occupation préservaient l’autonomie communale et paroissiale. Après la guerre, un Comité local du peuple de Trnovska Vas a été fondé qui, en 1952, s’est transformé en Comité communal du peuple.